Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 janvier 2019 6 12 /01 /janvier /2019 12:14

Le chanteur Yves Duteil est venu rendre un dernier hommage à son ami et lui a chanté "Si j'étais ton chemin", lors des obsèques en l'église Saint-Pierre

ORTHEZ : JEAN-JEAN HITTE  EST PARTI REJOINDRE LES ETOILES

L'Orthézien Jean Hitte Seillant ("JeanJean") est subitement décédé à l'âge de 72 ans.

Ses obsèques ont été célébrée vendredi dernier en l'église Saint-Pierre.

Le chanteur et poète Yves Duteil, accompagné de son épouse, était venu spécialement de la région parisienne pour lui témoigner son amitié en interprétant à l'issue de la cérémonie religieuse, "Si j'étais ton chemin", une de ses plus belles chansons. Instant sublime. Grand moment d'émotion dans le prolongement des paroles d'Espérance prononcées dans son homélie par l'abbé Sanche de Franssu.

L'esprit des chemins de Saint-Jacques avait renforcé la complicité entre les deux hommes dont les épouses Régine Hitte et Noëlle Duteil, amies d'enfance, sont restées très proches.

Sous les conseils de JeanJean, Yves Duteil entreprit en 2004 l'aventure de la marche vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Il débuta à Orthez après une nuit à la Halte Jacquaire de la rue de l'Horloge, et un copieux petit-déjeuner, chez Jean Vignau, au quartier Départ.

Plusieurs années avant, JeanJean avait déjà accompli le pèlerinage initiatique de Compostelle qui fut, pour lui, le révélateur d'une nouvelle vie professionnelle. Il acheta une maison dans le centre historique de Saint-Jean-Pied-de-Port et en fit un gîte d'étape pour les pèlerins. Un lieu d'accueil baptisé "Sous un Chemin d'Etoiles" qui très vite devint une référence sur le chemin.

"Il était sincère en amitié" ; "il avait un caractère entier et généreux" ; "c'était un observateur de la nature", releva Jean-Alain Laplace dans sa remarquable intervention au cours de laquelle il décrivit les étapes de la vie du défunt.

Jean Hitte, à l'heure de la retraite, s'était retiré avec Régine, à Arjuzanx, dans les Landes. Il participa intensément à la vie locale et était le président de l'association culturelle des "Saisons d'Arjuzanx". Sans se détacher du chemin de Saint-Jacques qui passait devant sa maison. La réserve naturelle et ses oiseaux migrateurs lui donnèrent le plaisir de profiter des beautés de la nature s'adonnant à sa passion pour la photographie. Malheureusement, parti trop vite, il n'aura pas eu le temps de préparer l'exposition photo dont il rêvait.

Que ce soit à Orthez sa ville natale, à Navarrenx, à Salles-Mongiscard, à Saint-Jean-Pied-de-Port ou à Arjuzanx, sur le chemin de sa vie, JeanJean a toujours manifesté une grande fidélité en amitié. Et aussi, comme le souligna Jean-Alain Laplace, "un sens de l'accueil remarquable". D'ailleurs sur le fronton de sa maison, Gîte d'étape de Saint-Jean-Pied-de-Port, il avait inscrit :

"Ici Pèlerin, tu n'es pas logé, tu es reçu ;

Tu n'es pas hébergé, tu es accueilli ;

Tu n'es pas un passant, tu es un hôte."

Jean Sarsiat

-Jean Hitte Seillant  est issu d'une vieille famille orthézienne très connue. Son père, André Hitte, fut le président régional des courtiers en bestiaux et avait été décoré de la Légion d'Honneur par le président François Mitterrand lors d'une visite privée à Orthez (journée familiale à laquelle j'avais eu le privilège d'assister, invité par JeanJean). 

-Il était aussi le neveu de Pierre Seillant, le président fondateur de l'équipe professionnelle de l'Elan Béarnais Pau-Orthez.

-De son premier mariage avec Monique Lassalle, il avait 2 enfants : Christophe et Laurence ; 5 petits-enfants : Quentin et Mathieu Hitte ; Caroline, Ludovic et Simon Loustau.

 

Jean-Jean, devant l'entrée de son gîte d'étape qu'il avait créé et développé à Saint-Jean-Pied-de-Port

Jean-Jean, devant l'entrée de son gîte d'étape qu'il avait créé et développé à Saint-Jean-Pied-de-Port

Yves Duteil, en l'église Saint Pierre d'Orthez, a interprété "Si j'étais ton chemin"

Yves Duteil, en l'église Saint Pierre d'Orthez, a interprété "Si j'étais ton chemin"

ORTHEZ : JEAN-JEAN HITTE  EST PARTI REJOINDRE LES ETOILES
Le petit clin d'oeil paru dans le journal Sud-Ouest de samedi

Le petit clin d'oeil paru dans le journal Sud-Ouest de samedi

ORTHEZ : JEAN-JEAN HITTE  EST PARTI REJOINDRE LES ETOILES
ORTHEZ : JEAN-JEAN HITTE  EST PARTI REJOINDRE LES ETOILES

IN MEMORIAM.  Jeanjean, à Saint-Jean-Pied-de-Port, avec son voisin et grand ami Michel Dendarieta, de la boutique Chez Oteiza, rue d'Espagne.

Michel Dendarieta est lui aussi décédé, subitement, en octobre 2017, à l'âge de 62 ans. Il était le maire des Aldudes.

ORTHEZ : JEAN-JEAN HITTE  EST PARTI REJOINDRE LES ETOILES
ORTHEZ : JEAN-JEAN HITTE  EST PARTI REJOINDRE LES ETOILES
ORTHEZ : JEAN-JEAN HITTE  EST PARTI REJOINDRE LES ETOILES

Le témoignage de Jean-Alain Laplace

Avant que débute la cérémonie religieuse, dans l'église Saint Pierre, Jean-Alain Laplace a pris la parole pour évoquer le parcours de vie et la personnalité de Jean Hitte. En voici le contenu :

Je ne sais si je suis le plus qualifié pour effectuer ce témoignage ; quoiqu’il en soit, je suis très touché de prononcer cet hommage. Certains de tes amis auraient pu évoquer des souvenirs d’enfants, des souvenirs d’adolescents ; pour ma part, il s’agit d’un passé plus récent puisque nous t’avons revu et pour ainsi dire retrouvé en 2008 à Saint Jean Pied de Port où nous avons fait, Marie, Pierre, Annie et moi, la connaissance de ta chère Régine.

Après avoir effectué le trajet  qui t’a conduit de Saint Jean Pied de Port à Santiago de Compostela par El Camino Frances « pedibus cum jambis , tu as fait escale et créé un gîte pour pèlerins dénommé le « Chemin de l’Etoile » ; c’est devenu ton port d’attache, en Basse Navarre, où tu as laissé par ailleurs d’excellents souvenirs auprès des habitants de Garazi. 

Nous garderons, ancrés dans nos  mémoires, tous ces 15 Août passés ensemble ; ils constituaient pour nous tous  une forme de pèlerinage :

  • D’abord, la messe où nous chantions les cantiques en basque avec ferveur en écorchant plus souvent que de raison les paroles tout en ignorant leur signification (qu’il leur soit pardonné !). En conclusion, tu entonnais un vibrant "Regina Caeli" (assurément en l’honneur de Régine)
  • Ensuite, la montée périlleuse (aux dires de Pierre et Marie) vers le refuge-auberge où nous passions un agréable moment avant d’aller nous recueillir auprès de la Vierge de Biakorri également appelée Vierge d’Orisson).

Nous ne manquerons pas de perpétuer ce qui pour nous tous est devenu une tradition ; nous t’en faisons le serment.

 

Vint le temps de la seconde escale : Le Piassot à Arjuzanx.  

Tu as été séduit par l’environnement exceptionnel d’Arjuzanx (aux dires de Mr le Maire) ; tu t’es installé au bord du lac et tu as épousé Régine.

Lors de ton mariage, tu avais appris dans le discours du maire que les Béarnais avaient à se faire pardonner à Arjuzanx depuis qu’un seigneur de Lescun  était venu en 1338 raser le château du village pour punir ces habitants qui soutenaient les anglais ! C’est sans doute pour faire pardonner aux béarnais 6 siècles plus tard  que tu t’es engagé d’emblée pour participer activement à la vie du village, alors que Régine entrait au conseil municipal ; tu fus un des membres fondateurs et le premier président de l’association culturelle «  les Saisons d’Arjuzanx »  dont le premier grand fait d’armes fut l’organisation d’une mémorable fête de la science intitulée «  De la forêt du miocène à la torche à plasma ». 

Quel était le lien entre Saint Jean Pied de Port et Arjuzanx ?

Tu avais trouvé un lien entre ton cher Piassot et le chemin de Saint Jacques depuis qu’un érudit local t’avait suggéré que le chemin qui passait devant ta maison avait sans doute été emprunté par des pèlerins quittant une des voies depuis une ville voisine pour rejoindre une chapelle et un hôpital aujourd’hui disparus dans le quartier voisin de Cornalis.

Marie, Pierre, Annie et moi ainsi que certains de tes amis, répondant à votre invitation, nous sommes venus assister aux ballets des grues cendrées et admirer le spectacle de leur retour le soir au bord des lacs de la réserve naturelle.

Ton sens de l’accueil  était remarquable , tous ceux qui ont partagé tes pâtés-maison ou ton omelette aux cèpes de Piassot peuvent en témoigner et ce n’est pas un hasard si l’ Airial qui entoure la maison au cœur de la foret est devenu un refuge pour de nombreux animaux domestiques et sauvages même si, ces dernières années, les redoutables « sangliers-jardiniers » commençaient à dépasser les bornes de la civilité. 

Tu faisais autour du lac et dans la réserve naturelle attenante à la propriété, lorsque ta santé le permettait encore, de longues balades appareil photo en bandoulière et tu évoquais souvent ton projet de les exposer un jour..

 

Tous ensemble réunis aujourd’hui, nos pensées les plus profondes s’adressent à toi JEAN, à toi Régine et à vous tous chers enfants et petits-enfants.

Nous garderons dans nos cœurs et nos mémoires les images d’un homme sincère dans ses amitiés et ses projets.  Si je devais qualifier ton caractère je dirais : entier et généreux ; ce n’est pas un hasard si, à une demande, ta réponse favorite était : « c’est pas un souci ! ». Nous avons ressenti chez toi ce besoin de partager, de rendre heureux ta famille, tous ceux qui t’entourent et tes amis.

Ton humour ponctué de jeux de mots nous a permis de partager avec toi des moments très gais et très chaleureux. Tu aimais la beauté et la richesse de la nature dont tu étais un fin observateur comme peuvent en témoigner tes amis à qui tu adressais  ces magnifiques photos souvent très insolites ; chaque arbre, chaque fleur, chaque animal avaient pour toi un ressenti de joie.

Or, ton chemin de vie n’a pas toujours été aisé, car tu as surmonté de nombreux événements douloureux, aidé par ta proche famille et par le soutien bienveillant de ton oncle Pierre et de Marie. Tu es sorti de tout cela avec une maturité renforcée, un choix de vie allant vers le don de toi-même pour Régine et ta famille.

Toi qui a si généreusement ouvert ta maison et ta table, je suis certain que les paroles de ce cantique accompagneront ton repos éternel.

 

 

« Ajoute un couvert Seigneur à ta table,

Tu auras aujourd’hui un convive de plus,

Ajoute un couvert Seigneur à ta table,

Reçois le bien chez toi, il était notre Ami. »

 

Ton départ, n’est pas un départ ; c’est une multitude de pensées allant vers toi avec joie et chaleur.

Je voudrais conclure en empruntant à Charles Péguy ces quelques vers :

« La mort n’est rien, je suis simplement passé dans la pièce à côté. Je suis moi, vous êtes vous. Continuez à rire de ce qui nous faisait rire ensemble. Priez, souriez, pensez à moi. Le fil n’est pas coupé. Je vous attends, je ne suis pas loin, juste de l’autre côté du chemin. Vous voyez, tout est bien ».

 

Cher JEAN, tous ici réunis, nous t’ accompagnons et nous nous associons dans cette douloureuse épreuve autour de Régine, des enfants, des petits  enfants et de tous tes amis.

Cher JEAN, reçois le témoignage de notre affection.

Au Revoir Ami, Adishatz Amic, Agur Jauna

 

 

ORTHEZ : JEAN-JEAN HITTE  EST PARTI REJOINDRE LES ETOILES

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Ce pays des gaves où il fait si bon vivre
  • : Au coeur des Pyrénées-Atlantiques, entre montagne et mer, le long des belles rivières pyrénéennes que sont les gaves, ce coin du Béarn et du Pays basque au riche patrimoine (6 cités médiévales et les vignobles des appelations Jurançon et Béarn, dans un rayon de 20 km) est un petit paradis que nous vous invitons à découvrir ou à redécouvrir
  • Contact

Profil

  • Jean Sarsiat
  • Journaliste
Téléphone : 06 71 81 90 87
              sarsiat3@aol.com
  • Journaliste Téléphone : 06 71 81 90 87 sarsiat3@aol.com

Gîtes/Meublés de tourisme

Recherche