Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 16:08

Derrière la gare d'Orthez, c'est la désolation. Sur les deux rives du gave, reliées par une passerelle type Eiffel,  des hectares de terrain sont à l'abandon et de nombreux batiments industriels en piteux état.

Jouxtant le site de la gare les anciens bâtiments de la CTA (Chaudronnerie et Tuyauterie d'Aquitaine), entreprise dont l'activité était liée au complexe de Lacq, qui occupa jusqu'à  200 salariés,  et  l'ancienne usine de caoutchouc industriel (qui avait une vingtaine de salariés), ont,  dans les années 80,  fermé leurs portes. La CTA avait été reprise  par la CITBA qui quitta Orthez pour Arthez-de-Béarn.

Plus récemment, c'est la minoterie Destandau, la papeterie SAPSO, les ateliers de confection Moncade et Jerdac  qui ont cessé leurs  activités laissant complètement à l'abandon un important patrimoine de bâtiments industriels. 

Nous avons retrouvé dans nos archives un reportage de la CCI, datant du début des années 80,  qui faisait le point,  dans une brochure intitulée "Orthez-Bassin de Lacq",  sur  l'activité économique d'Orthez-Salies .
Sous le reportage photo ci-dessous, nous avons reproduit cet article qui apporte un éclairage sur un passé pas si lointain, et qui témoigne de la vocation industrielle d'Orthez, au centre du département des Pyrénées-Atlantiques, au coeur du bassin Lacq-Orthez en pleine mutation. 


-
Derrière la gare : les anciens bâtiments de chaudronnerie industrielle liée au complexe de Lacq, et l'ancienne usine de caoutchouc








JS1 7110 JS
JS1 7100 JS

LA MINOTERIE DESTANDAU ET SES ANNEXES SONT A L'ABANDON











JS1 7106 JS
-
Le site de la SAPSO avec ses bâtiments en enfilade, le long du gave, relié à la zone industrielle de la gare par une passerelle, tombe en ruine...
















JS1 7080 JS

JS1 7090 JS

JS1 7088 JS












En bordure du chemin du Pesqué,  les logements de fonction de l'ancienne SAPSO : la désolation !





-
Dans le prolongement de la SAPSO, les ateliers JERDAC et MONCADE attaqués par les herbes folles, les ronces... et les vandales  !








Les Ateliers de Moncade à l'entrée de la zone industrielle des Saligues sont ouverts aux quatre vents.






Une réserve foncière de quelque 15 à 20 hectares autour de la gare, de part et d'autre du gave de Pau, des friches industrielles reliées par la passerelle de l'ancienne SAPSO.
En bas à gauche, dans le prolongement des hangars de la SAPSO il y a les sites de Jerdac et Ateliers de Moncade qui n'apparaissent pas sur la photo
-
-

L'activité industrielle d'Orthez-Salies, au début des années 80, présentée à l'époque par la CCI

Nous reproduisons, ci-dessous, un article émanant de la CCI (Chambre de Commerce et d'Industrie), retrouvé dans nos archives,  et faisant le point sur l'activité industrielle dans les cantons d'Orthez et de Salies-de-Béarn.  C'était en 1980

"Les cantons d'Orthez et de Salies-de-Béarn ont toujours figuré parmi les foyers industriels du Béarn. Ils n'ont cependant pas échappé à une importante mutation qui a vu disparaître bon nombre d'entreprises appartenant aux secteurs traditionnels du bois, du textile et de la chaussure et  qui, dans le même temps, a vu  apparaître des activités nouvelles, essentiellement dans les domaines  mécaniques et connexes.

Le meuble
Contrairement à ce qui s'est passé pour la chaussures, le meuble a maintenu une très importante activité. Orthez est toujours considéré comme le centre du meuble rustique régional de qualité, avec deux chefs de file que sont les Ets Ros et Circoncision (130 personnes à eux deux).
Une entreprise, en plein développement,  s'est déplacée d'Orthez à la commune voisine de Castétis : la société Bareille qui approche les 50 salariés et produit des meubles massifs de style campagnard.
A Salies les Ets Lansalot dont ler siège social est à Navarrenx, possèdent une usine occupant 80 personnes. (
Entre Navarrenx, Oloron et Salies Lansalot emploie près de 600 salariés).

Le siège 

De création plus récente que les entreprises d'ébénisterie, le Bois Béarnais s'est rapidement forgé une excellente image de marque dans la fabrication de chaises. Son effectif a même approché les 300 personnes. Des difficultés ont surgi à partir de 1974 et l'avenir de cette société s'est trouvé gravement  compromis. Elle a finalement  été reprise par le groupe Pelletey et occupe actuellement 150 personnes, ce qui la maintient en tête des industries de l'ameublement dans les deux cantons.

La literie

Occupant actuellement une cinquantaine de personnes, la société Treca (sommiers et matelas) venue s'installer à Salies en 1977 a permis de compenser une partie des nombreux emplois perdus dans la chaussure.

L'exploitation forestière

Une entreprise est installée à Bérenx : la société orthézienne d'exploitation forestière.

L'industrie textile

Le secteur traditionnel du tissage est essentiellement représenté à Orthez par les Ets Moutet spécialistes du linge de maison. Avec un effectif de 160 personnes, ils sont, de loin, la première entreprise du département dans ce secteur et l'une des premières de France.

A cette branche  traditionnelle est venu s'ajouter celle de la confection avec la création de trois établissements qui ensemble occupent déjà plus de 100 personnes : Moreau, Ateliers de Moncade et Jerdac-Demazières.

La chaussure

C'est le secteur qui a subi la plus profonde mutation.

A Salies : Les 5 principales entreprises s'étaient regroupées pour créer la société CHASAL dont l'effectif avait atteint 500 personnes. Ce nouveau groupe a ensuite connu des difficultés et a été repris par la société des chaussures André. Cette dernière a, peu à peu, diminué ses activités pour finalement abandonner Salies en 1976.

L'activité chaussures est toutefois maintenue par la société "Les chaussures Basco-Béarnaises", filiale d'une société d'Hasparren, installée en 1977  et occupant 150 personnes et par la société DALTY qui en compte 20.

A Orthez: La crise de la chaussure a égalemen sévi à Orthez avec la disparition de deux importantes usines : Cazenave et Béarn-Chaussures.
La société Girard a pu se maintenir avec un effectif de 80 personnes travaillant exclusivement en sous-traitance pour le groupe RAUFAST. Ce dernier, l'un des leaders de la chaussure en France, a permis la création à Puyoo, en 1974, de la SPAC (Société Puyolaise d'Articles Chaussants) dont l'effectif dépasse  les 100 personnes.

L'industrie agro-alimentaire

Les salaisons
: Les charcutiers d'Orthez se sont spécialisés dans le marché du jambon de Bayonne. Les plus connus sont les Ets Camy et Dugert.
La société Camy a été reprise voici 3 ans par un important salaisonnier de la région lyonnaise, les Ets Chevallier qui ont créé sur la zone industrielle d'Orthez une unité très moderne et fonctionnelle de production de jambon de Bayonne.

Charcuterie-conserves: Les Ets Jean Récapet ont  repris dans le canton voisin de  Sauveterre-de-Béarn,  la conserverie Muthular :  280 salariés (moyenne d'âge 35 ans).

Meunerie-boulangerie: La minoterie Destandau occupe à Orthez une trentaine de personnes. Les boulangers d'Orthez se sont regroupés pour créer, en 1972, une unité de fabrication commune,  à la zone industrielle : "l'Epi Béarnais".

Boissons: La brasserie Schneider à Puyoo maintient une activité locale dans le domaine de la bière et des sodas.

La coopérative de Salies/Bellocq  draine la majeure partie de la production viticole des coteaux de Salies et de Bellocq.

Alimentation de bétail, grains et céréales: A Baigts-de-Béarn, les Ets Guyomarc'h occupent une quarantaine de personnes. Cette unité de production d'aliments pour le bétail avait été créée  par la minoterie Destandau.
A Bonnut les Ets Labaigt exercent leur activité de collecte de grains.

Mécanique, électricité et électronique: L'essor industriel de Lacq a amené à Orthez la création de la CTA (Chaudronnerie Tuyauterie d'Aquitaine) et d'une agence du groupe COMSIP-Automation.
Actuellement la COMSIP emploie 200 salariés et la CTA disparue a été reprise par la CITBA (Chaudronnerie Industrielle du Bassin de l'Adour) qui a maintenu 120 emplois.

Parmi les sociétés de moindre importance citons : la DAR à Orthez (10 personnes), Pyrelem à Puyoo (30 personnes). Ces deux entreprises sont spécialisées dans la production d'appareils de pyrométrie et de séchage de l'air.

MECASUD, entreprise de sous-traitance mécanique implantée à Orthez emploie 20 personnes.
START informatique, récemment implantée à Salies, emploie déjà 35 salariés dont 6 ingénieurs,  et devrait connaître un développement intéressant dans le domaine de l'électronique appliquée.
La CREB, installée rue Saint-Pierre à Orthez a deux activités : fabrication de clôtures électriques (15 personnes) et électricité générale (20 personnes).

Papeterie: la SAPSO emploie à Orthez 90  salariés et possède d'autres établissements, notamment à Beaulac et à Casteljaloux. Ses activités principales sont la fabrication  de papier, d'emballages en carton ondulé et d'emballages en polystyrène expansé.

Artisanat d'art: Les Ets Goardères (90 salariés) sont spécialisés sont spécialisés dans le travail du fer forgé, du cuivre et de l'étain.
Les Ets Géraud-Lafitte (40 salariés) sont spécialisés dans la tonnellerie d'art.
Ces deux unités implantées à Orthez ont une activité non négligeable à l'exportation.

Matériaux de construction et carrières: Il convient de citer : la société des Chaux et Ciments d'Orthez ; Béton Moderne à Orthez ; les Ets Barrué et Béton Orthez Service .
Les platrières de France, à Carresse-Cassaber emploient 42 salariés.

Transports: Parmi les diverses entreprises, il faut signaler les transports Lucien Destandau qui sont spécialisés dans le transport des meubles neufs.

Caoutchouc-chimie: A Orthez , la société Techni-Plastgom-Production (fabrication de caoutchouc industriel) occupe une vingtaine de salariés.
En 1980 Orthez verra le démarrage de la société Galor (produits de base pour l'industrie des cosmétiques) dont l'effectif approche la centaine de personnes.

Bâtiments préfabriqués: A Orthez les  Ets Etcheverry (10 salariés) montent des bâtiments préfabriqués et équipés intérieurement, destinés à l'élevage, notamment aux porcheries.

Conclusion : A ce jour il semblerait que Salies ne soit pas encore complètement remis de la quasi disparition de ses fabriques de chaussures, mais Treca et Start-Informatique apportent une heureuse diversification  à une mono-activité industrielle.
L'activité plus diversifiée d'Orthez laisse augurer d'un bon avenir économique et devrait mettre la région à l'abri d'une grave crise de l'emploi. "

C'était au début des années 80. La plupart de ces industries  qui tentaient de résister ont disparu.
Comme le souligne aujourd'hui  la CCI, à juste titre,  et avec force de conviction,  l'arrivée de la future LGV en Béarn sera génératrice d'activités nouvelles, donc de créations d'emplois. Effectivement, en surfant sur le web, on s'aperçoit que la proximité d'une gare LGV favorise incontestablement le développement économique.

L'arrivée de la LGV en Béarn, à Orthez et à Pau, est donc un rendez-vous à ne  pas manquer. C'est l'avenir de nos enfants et petits enfants qui est en jeu.

Ceux qui veulent effacer Orthez de la carte LGV, pour gagner seulement 10 minutes sur un trajet Pau-Paris,  prennent un lourde, très lourde responsabilité
.




Partager cet article

Repost 0
Published by Jean Sarsiat - dans Orthez
commenter cet article

commentaires

Henri Moindrot 20/05/2014 21:34


Bonjour


J'aimerai savoir si l'on peut toujours faire des photos dans la friche industrielle d'Ortez. Je suis photographe (amateur) et je vais séjouner à Dax trois semaines au mois de juin. Merci de votre
réponse. Cordialement. HM

Un ancien 30/10/2009 16:55


QUE D EMOTION MAIS AUSSI QUE DE REGRETS. Tout a foutu le camp.
Et si en plus le TGV nous laisse  sur le quai...


Dédé 29/10/2009 22:06



Toutes ces friches, il faudrait raconter leur histoire. Les  CTA , CITBA, MINOTERIE DESTANDAU, SAPSO, GERDAC, ATELIERS DE MONCADE, etc qui ont disparu font partie de l'histoire récente
d'orthez.
Que d'émotions en découvrant ces photos



Henri de Baigts/Ramous 17/10/2009 11:53


Quelle est la position de la communauté de commune d'orthez et de ses commissions  économique et sociale, sur ce dossier crucial et vital pour le canton d'Orthez ? C'est mon canton,
 j'aimerais savoir, je ne suis pas le seul à m'interroger et à m'inquiéter !


Wago-net 16/10/2009 12:01


J'ai découvert à travers toutes ces photos,  l'étendue de ces friches autour de la gare, en plein coeur d'orthez ma ville. Je n'imaginais pas que c'était aussi important. Je me suis rendu sur
place dimanche dernier. Quel gâchis ! Bizarre que personne n'en ait  jamais  parlé jusqu'à présent. Si on veut garantir l'avenir d'orthez et sa région, ça passe par la relance tant
attendue de l'économie.


Phil 13/10/2009 20:35


Après la réunion d'information de la CCI au cours de laquelle, d'un ton professoral, on nous a tout bonnement expliqué qu'on écarterait Orthez de la ligne LGV, y a-t-il encore un
Orthézien d'accord avec la CCI ? Qu'il lève le doigt ! Je n'en ai pas encore rencontré un seul.


Le Saultois de service 30/09/2009 17:03



Ces friches industrielles me fendent le coeur. Je les découvre. Mais, aujourd'hui elles peuvent aussi représenter un atout. A proximitié immédiate de la gare (de la future gare LGV on espère),
et à deux pas de l'échangeur autoroutier, elles constituent  une réserve foncière de l'espoir dans le cadre de la  reconversion du complexe de Lacq. Il faut y croire, il faut se
battre, tous ensemble


Nancy Gaboriaud Debédat 30/09/2009 08:01


Bâtiments grandioses ! ... à recycler !


Line 25/09/2009 14:21


Bravo monsieur Sarciat pour ce reportage, les photos parlent d'elles même, c'est vraiment triste , je suis de votre avis quant-à la LGV, il y aurait peut être une possibilité de développement 
pour Orthez et du travail pour ses habitants du fait de sa proximité, n'ayons pas peur du progrés!


Labaig 25/09/2009 05:20


Bonjour
Comment allez- vous concilier la présence d'une ligne LGV qui traverse la ville avec son fonctionnement urbain? Même actuellement la situation me parait difficile, notamment avec un seul
pont effectif en centre ville. Je pense donc que vous avez un grand projet d'urbanisme à lancer.
Le potentiel des friches industrielles est effectivement énorme. J'ai fait quelques visites cet été (j'ai profité que la barrière en bout de quai soit encore ouverte avant l'arrivée de la
LGV...). C'est magnifique même si on peut regretter le gâchis économique et humain. Les atouts sont grands en terme d'urbanisme.
Il n'y a pas que le virage de Lacq qu'Orthez a raté. J'observe que la gare existante n'a pas créé de la ville. Lorsque je sors de la gare (Paris-Orthez 1 à 2 fois par mois) je suis face à un
talus; pas de commerces, d'habitations. pas de vie urbaine. Seuls les platanes me paraissent avoir profité de la présence de la gare.
Une agglomération d'à peine 10.000 habitants est-elle vraiment à classer comme ville? La densité n'est-elle pas très faible? Je pense qu'Orthez est plutôt à classer comme gros bourg. Une gare LGV
doit d'abord être un centre d'intermodalité qui permet de maîtriser l'étalement urbain. Ce n'est pas le cas d'une telle gare à Orthez. Aussi, une gare LGV à Orthez sera plus proche d'une gare
betterave que d'une gare centre.

Je pense donc qu'une gare centrale à Pau avec des liaisons rapides et fréquentes serait plus adaptée à la situation du Béarn dont l'attractivité n'est d'ailleurs pas bonne (accessibilité,
université et santé médiocres). Mettre Pau à moins de 3h de Paris me paraît un objectif essentiel car au dessus de ce seuil la région sera toujours en dernière zone. De plus est-il vraiment
raisonnable de pénaliser en temps la liaison vers Pau pour 3 arrêts TGV dans chaque sens à Orthez?
Le problème c'est de construire un réseau multimodal efficace et fiable qui permette de relier à Pau les coins les plus reculés. J'admets qu'il est difficile de croire en cette solution.
Jusqu'à présent on a vu plus de fermetures de lignes que d'ouvertures et la voiture individuelle est toujours l'outil de déplacement principal.
Néanmoins la crise énergétique et écologique est là et les solutions sont connues, par exemple: Limitation de l'étalement urbain, reconquête des centre villes, mixité sociale, mélange des
activité et des habitations , multimodalité des transports., c'est à dire le contraire de ce qui se fait actuellement. Ces objectifs seront atteints plus facilement avec une gare LGV à Pau qu'à
Orthez.
Meilleures salutations.


J.J. Labaig



Présentation

  • : Ce pays des gaves où il fait si bon vivre
  • Ce  pays des gaves où il fait si bon vivre
  • : Au coeur des Pyrénées-Atlantiques, entre montagne et mer, le long des belles rivières pyrénéennes que sont les gaves, ce coin du Béarn et du Pays basque au riche patrimoine (6 cités médiévales et les vignobles des appelations Jurançon et Béarn, dans un rayon de 20 km) est un petit paradis que nous vous invitons à découvrir ou à redécouvrir
  • Contact

Profil

  • Jean Sarsiat
  • Journaliste
Téléphone : 06 71 81 90 87
sarsiat3@aol.com
  • Journaliste Téléphone : 06 71 81 90 87 sarsiat3@aol.com

Gîtes/Meublés de tourisme

Recherche