Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 13:59
Jacques Gjini va quitter la présidence de l'AAPPMA en novembre prochain (photo d'archive)

Jacques Gjini va quitter la présidence de l'AAPPMA en novembre prochain (photo d'archive)

Une page historique !

Après 23 années de présidence, Jacques Gjini va quitter la tête de l'AAPPMA du gave d'Oloron en novembre prochain à l'occasion du renouvellement statutaire du conseil d'administration qui arrive au terme de son mandat de 5 ans.

Lors de sa dernière assemblée générale de l'AAPPMA, qui s'est tenue dimanche dernier à Carresse-Cassaber, Jacques Gjini se fit un évident plaisir de clôturer la réunion en annonçant  qu'après l'interdiction de la pêche professionnelle aux filets dérivants dans le port de Bayonne, on s'acheminait vers la fin de cette pratique sur la totalité de la zone maritime de l'Adour qui va du port de Bayonne au pont d'Urt.

Le président rappela qu'après le verdict des tribunaux qui donna raison aux pêcheurs à la ligne, "Pierre Bergès, dès l'été 2019, entra activement en relation avec Olivier Azarete, représentant les marins pêcheurs, pour étendre l'arrêt de la pêche aux filets dans tout l'estuaire avec la contrepartie d'une indemnité".  Autrement dit racheter les droits de pêche. Les tractations ont évolué dans une voie favorable et la confirmation verbale d'un accord est intervenue fin février 2020 lors d'une réunion (non officielle) organisée à la mairie de Sauveterre-de-Béarn. Etaient représentés les marins pêcheurs, l'AAPPMA, la Fédération départementale de pêche, le Conseil régional, le Conseil départemental et la Communauté de communes du Béarn des gaves. 

"Fin mai dernier les 17 marins professionnels ont signé chez leur avocat  l'engagement écrit, entérinant  les intentions affichées lors de la rencontre de Sauveterre" a confié Jacques Gjini qui donna lecture du message de Serge Larzabal, président du Comité interdépartemental des pêches maritimes et des élevages marins 64-40 (CIDPMEM) : "Je vous confirme qu'à ce jour, au vu des conditions d'indemnisation que nous avons calculées et dont la méthodologie et a été présentée et validée par l'Institution Adour, j'ai reçu l'engagement écrit des 17 pêcheurs concernés". Un pas décisif a été franchi !

C'est la fédération de pêche du 64 qui, à sa demande, va piloter le dossier prenant ainsi le relais de l'AAPPMA, pour boucler la procédure juridique et réunir le financement en sollicitant les collectivités, l'Etat, l'Europe, des entreprises du privé...

Jacques Gjini de conclure avec une visible satisfaction : "Ne vous y trompez pas, nous vivons un moment historique. Cela nous oblige à encore plus de responsabilité. Ce qui arrive  dépasse les petits intérêts particuliers. Nous allons redonner une dimension exceptionnelle à notre bassin de l'Adour, et tout particulièrement au gave d'Oloron et ses affluents. Le travail n'est pas fini, il nous faut simultanément agir sur la qualité de l'eau et la continuité écologique. Nous entrons dans une phase passionnante et chacun d'entre vous peut intervenir à son niveau, avec ses moyens, en évitant, bien sûr,  de dépenser son énergie dans des polémiques inutiles et fatigantes. Nous avons une rivière extraordinaire !" 

Pierre Bergès,  prit la parole pour remercier Jacques Gjini qui lui a fait une entière confiance durant les 5 années qu'a duré le difficile combat contre la pêche professionnelle. Au nom de l'association il ajouta :  "23 années de présidence c'est un exploit ! Il a pris la tête de  l'AAPPMA à une époque où personne n'était candidat. Il fut confronté à des combats parfois difficiles et compliqués. Il démontra qu'il était un un homme de courage, de conviction et d'honneur. A titre personnel j'ajouterai que c'est un homme de bien, un ami !" Gros applaudissements de la salle.

J.S.

A noter :

-Depuis cette année 2020 l'interdiction de la pêche aux filets dérivants est appliquée dans le port de Bayonne situé sur 7,2 km entre la barre et le pont Genet. Les pêcheurs estuariens ont désormais comme champ d'action la zone maritime qui s'étend sur les quelque 17 km allant du pont Grenet au pont d'Urt. Le dossier en cours vise à leur racheter les droits de pêche pour qu'il n'y ait plus aucun filet déployé dans tout l'estuaire de l'Adour. Ces filets qui sont tendus par les professionnels pour capturer les migrateurs que sont les saumons, les truites de mer,  les aloses, les lamproies. 

-Le montant du rachat des droits de pêche s'élèverait, selon certaines sources, aux environs de 4 millions d'Euros. Une somme qui, d'après les dernières informations, ne devrait pas poser trop de problèmes pour être réunie notamment avec l'intervention de fonds européens. La fédé du 64 a repris le dossier mais l'AAPPMA continuera de le suivre de près et interviendra si nécessaire.

 

-o-o-o-

Photo d'archive : Jacques Gjini présentant le dossier écologique, juridique et économique réalisé par la commission des migrateurs de l'AAPPMA du gave d'Oloron

Photo d'archive : Jacques Gjini présentant le dossier écologique, juridique et économique réalisé par la commission des migrateurs de l'AAPPMA du gave d'Oloron

Jacques Gjini, Patrick Laurent et Patrick Balesta (photo archive)

Jacques Gjini, Patrick Laurent et Patrick Balesta (photo archive)

Il y a 2 ans, lors de la fête du saumon à Navarrenx : de gauche à droite, Patrick Laurent, André Dartau, Jacques Gjini

Il y a 2 ans, lors de la fête du saumon à Navarrenx : de gauche à droite, Patrick Laurent, André Dartau, Jacques Gjini

Pierre Berges qui, depuis 5 ans, pilote le combat pour interdire les filets dérivants dans l'estuaire de l'Adour

Pierre Berges qui, depuis 5 ans, pilote le combat pour interdire les filets dérivants dans l'estuaire de l'Adour

AAPPMA GAVE d'OLORON : Vers la fin totale de la pêche professionnelle dans l'Adour

Une AG 2020 apaisée

On se souvient que l'an dernier, à Auterrive, l'assemblée générale de l'AAPPMA du gave d'Oloron fut agitée. En particulier le rapport financier prévisionnel, par 50 voix contre 48, et le rapport d'activité de l'année écoulée, par 46 voix contre 45, avaient été recalés.

Cette AG 2020 qui s'est tenue à Carresse-Cassaber fut beaucoup plus calme. Les divers rapports ont tous été adoptés avec des votes confortables. Le rapport d'activité 2019 a été approuvé avec 59 voix pour, 1 voix contre,  5 abstentions ; le prévisionnel d'activité 2020 par 47 voix pour, 1 voix contre, 23 abstentions ; le rapport financier 2020 avec 64 voix pour, 1 voix contre, 6 abstentions ; le budget prévisionnel par 67 voix pour, 1 voix contre, 2 abstentions. 

Jacques Gjini à la tribune était entouré notamment du président de la fédération départementale André Dartau, et du vice président de l'AAPPMA Patrick Laurent qui dirigea l'ordre du jour et présenta les rapports d'activité et financier.

On remarquera que la situation de l'AAPPMA est saine. L'année 2019 s'achève avec un excédent de plus de 17 000 € qui vont se rajouter au fond associatif qui atteint les 143 000€. "L'excédent peut s'expliquer en partie par la prudence dont a fait preuve le CA pour tenir compte de la non approbation du budget lors de l'assemblée générale 2019.  Cela permettra au Conseil  qui sera élu en novembre prochain de disposer d'un bon budget pour mener les actions qu'il décidera" releva le président. 

Georges Maisonnave, du "Collectif des insatisfaits"  rebaptisé "Collectif D936"(du nom de la route départementale qui longe le gave), était longuement intervenu l'an dernier dans le débat. Cette fois il annonça que son groupe allait voter le budget compte tenu de la bonne évolution comptable après 2 années déficitaires. Il insista comme il le fit en 2019, "pour que l'assemblée générale soit un moment privilégié de dialogue, où se décide la réglementation, et que, notamment, le no kil  y soit examiné et mis aux voix en toute transparence".   

Autre prise de parole, celle d'Antoine Domenech, président de Salmo Tierra, qui regretta que l'AAPPMA dispose "de moyens financiers aussi ridicules" alors que cette rivière est "un des plus beaux bijoux porteur de développement économique". Il rassura qu'il ne mettait pas en cause les dirigeants, qu'il ne mettait pas non plus en doute la sincérité des comptes. "C'est le système qu'il faut changer" a-t-il lancé !

Le débat se poursuivra en novembre prochain à l'occasion de l'élection du nouveau Conseil d'administration pour un mandat de 5 ans avec un nouveau président puisque Jacques Gjini se retire.

L'AAPPMA du gave d'Oloron (Association Agréée de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique) est une petite entreprise de 4 salariés dont 3 à temps plein.

En 2019, le nombre de cartes de pêche délivrées par l'AAPPMA du gave d'Oloron est de 2085 et traduit une stabilité. Il y a eu 628 timbres migrateurs. Si on ajoute les timbres migrateurs pris au niveau départemental et à l'extérieur, on peut estimer qu'au moins 1000 pêcheurs de saumon fréquentent les rives de nos gaves.

Consignes de l'AAPPMA : "En cette période où nous voulons redonner à nos rivières une qualité unique et forte, les pêcheurs doivent faire preuve d'un haut respect envers les propriétaires riverains, envers toutes les personnes présentes sur le bord des gaves, et surtout envers la rivière qui est un don de la nature et que nous avons le devoir de choyer en permanence et de respecter au plus haut point".

 

 

 

AAPPMA GAVE d'OLORON : Vers la fin totale de la pêche professionnelle dans l'Adour
AAPPMA GAVE d'OLORON : Vers la fin totale de la pêche professionnelle dans l'Adour
Bureau improvisé pour Georges Maisonnave qui avait amené ses dossiers

Bureau improvisé pour Georges Maisonnave qui avait amené ses dossiers

AAPPMA GAVE d'OLORON : Vers la fin totale de la pêche professionnelle dans l'Adour
AAPPMA GAVE d'OLORON : Vers la fin totale de la pêche professionnelle dans l'Adour
L'intervention d'Antoine Domenech, président de Salmo/Tierra

L'intervention d'Antoine Domenech, président de Salmo/Tierra

Le vote contre provenait d'un pêcheur oloronais

Le vote contre provenait d'un pêcheur oloronais

Patrick et Georges ne tomberont pas d'accord...

Patrick et Georges ne tomberont pas d'accord...

AAPPMA GAVE d'OLORON : Vers la fin totale de la pêche professionnelle dans l'Adour

-o-o-o-

 

Vers la fin de la pêche professionnelle dans tout l'estuaire de l'Adour

Vers la fin de la pêche professionnelle dans tout l'estuaire de l'Adour

-o-o-o-

 

RETROSPECTIVE : La manif du jeudi de l'Ascention 2019 au port de Bayonne...

AAPPMA GAVE d'OLORON : Vers la fin totale de la pêche professionnelle dans l'Adour

Jacque Gjini : "La manifestation du jeudi 30 mai 2019, résultant de la mobilisation avec les associations qui ont rejoint l'AAPPMA du gave d'Oloron : Fédération 64, 65 et 40, AAPPMA Soule, AAPPMA Nive et autres AAPPMA, Salmo Tierra, Anper TOS, SEPANSO, guides pêches, le soutien et la présence de nombreux élus ceints de l'écharpe tricolore, etc. etc., a été un succès. On n'avait jamais vu ça ! Plus de 500 personnes demandant de laisser passer les poissons migrateurs, et tout ça dans le calme, la discipline : à la fin de la réunion les gendarmes m'ont félicité pour la bonne tenue de cette manifestation !"

Voir le reportage sur :  http://www.paysdesgaves.com/2019/05/saumon.html

AAPPMA GAVE d'OLORON : Vers la fin totale de la pêche professionnelle dans l'Adour
AAPPMA GAVE d'OLORON : Vers la fin totale de la pêche professionnelle dans l'Adour
AAPPMA GAVE d'OLORON : Vers la fin totale de la pêche professionnelle dans l'Adour
AAPPMA GAVE d'OLORON : Vers la fin totale de la pêche professionnelle dans l'Adour

Partager cet article

Repost0
29 juin 2020 1 29 /06 /juin /2020 11:59
BORDEAUX/MUNICIPALES : Olivier Escots fait son entrée à la mairie

OLIVIER ESCOTS, ex-journaliste à Sud-Ouest/Orthez, entre à la mairie de BORDEAUX par la grande porte.

Elu du Parti Communiste, en 9ème position sur la liste Pierre Hurmic, Olivier Escots gagne les galons d'adjoint au maire de Bordeaux.
Ancien journaliste à l'agence Sud-Ouest d'Orthez où il succéda à votre serviteur (Jean Sarsiat) au début des années 2000, Olivier Escots s'est lancé dans la politique avec conviction et détermination !
Félicitations Olivier et tous nos voeux de réussite dans la belle carrière municipale qui s'offre à toi !
Rappelons que Pierre Hurmic, qui va être le nouveau maire de Bordeaux, est un solide basque né à Saint-Palais. Félicitations à lui également.

A noter : Le frère de Pierre Hurmic est médecin  à  Saint-Palais. Son père, le Dr Lucien Hurmic, chirurgien et historien, fut le pionnier de l'Hôpital de Sain-Palais et a été, également, un précurseur du développement des chemins de Saint-Jacques. Il est décédé en mars dernier à l'âge de 99 ans. Il habitait à Ispoure, village situé aux portes de Saint-Jean-Pied-de-Port.

Reportage de décembre 2012 https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/infatigable-docteur-171305.htm 

 

Partager cet article

Repost0
5 juin 2020 5 05 /06 /juin /2020 23:04
EDITION : JOSEPH MIQUEU APPORTE UN NOUVEL ECLAIRAGE SUR LES  4 MOUSQUETAIRES BEARNAIS

"Cet ouvrage constitue indiscutablement une nouvelle étape sur le chemin de la connaissance de cette époque. C'est un élément formidable de valorisation du patrimoine du Béarn" (Pierre Casabonne)

 

Sortie du livre prévue début juillet

  

En cette année 2020 qui est celle du 400ème anniversaire de la venue du roi Louis XIII en Béarn (et notamment à Navarrenx), il fallait un événement littéraire pour marquer cette commémoration.

C'est chose faite. Le Cercle Historique de l’Arribère, (C.H.Ar), sous la plume de Joseph Miqueu, vient d'éditer un remarquable ouvrage :
"Louis XIII et les Mousquetaires", sous-titré "Athos, Porthos, Aramis, Tréville, les campagnes, leurs vies, leurs familles".

Dans son introduction, Pierre Casabonne note que depuis qu’il a porté sur les fonds baptismaux, en 1989, la confrérie des Mousquetaires de Barétous, beaucoup de chemin a été parcouru «pour affirmer haut et fort que les Mousquetaires Béarnais n’avaient rien à envier à leurs voisins Gersois en matière de panache».

Si tout semblait avoir été dit par Charles Samaran, Jean de Jaurgain, Odile Bordaz, etc.   on manquait cruellement de connaissances sur les Mousquetaires Béarnais. L'historien local, Joseph Miqueu, a relevé le défi. Après avoir sorti une biographie sur leur capitaine, "le Comte de Troisvilles, dit Tréville" et un autre ouvrage sur : "le Béarn des Mousquetaires et des soldats du Roi", il a inlassablement poursuivi ses recherches à travers manuscrits anciens et chroniques de l’époque pour nous présenter son nouveau livre.  Dans ce document, s’il nous fait partager le parcours de ce corps d'élite de la garde du Roi, dans une époque de violences et d’intrigues, on découvre aussi que notre Tréville s’est montré compatissant pour Oloron, sa ville de naissance, lors de la grande peste de 1652... 

Comme l’écrit Pierre Casabonne :  "Cet ouvrage constitue indiscutablement une nouvelle étape sur le chemin de la connaissance de cette époque. C’est un élément formidable de valorisation du patrimoine immatériel du Béarn".

156 pages. En vente, début juillet, dans toutes les librairies et sur le site internet du C.H.Ar. : http://bearndesgaves.fr/char/
au prix de 15€

EDITION : JOSEPH MIQUEU APPORTE UN NOUVEL ECLAIRAGE SUR LES  4 MOUSQUETAIRES BEARNAIS

-o-o-o-

Joseph Miqueu manie la plume avec autant de dextérité que les Mousquetaires l'épée. Il vient de signer son troisième ouvrage sur ces soldats de la garde de Louis XIII

-o-o-o-

 

http://www.paysdesgaves.com/2016/08/navarrenx-place-forte-des-trois-mousquetaires.html

-o-o-o-

Joseph Miqueu lors d'une séance de dédicace

Joseph Miqueu lors d'une séance de dédicace

Joseph Miqueu, l'historien des Mousquetaires béarnais mis à l'honneur par le CHAr

L'itinéraire de Joseph Miqueu relaté par le Cercle Historique de l'Arribère :

Membre du Cercle historique des amis des remparts, dès la création de l’association en 1993, tout en menant son activité professionnelle d’agent général d'assurances  à Navarrenx, Joseph Miqueu s’est toujours investi dans les activités culturelles locales. En 2003, l’association étant devenue le Cercle Historique de l’Arribère (CHAr), il en prend la présidence temporaire, puis définitive en 2006, jusqu’à son remplacement par Maïté Capdouze.

Joseph Miqueu a, en particulier, développé le site Internet de l’association, conçu et mis en place un système de vente, via le web, des livres écrits par les adhérents. Sous son impulsion, des ateliers de paléographie en français et en béarnais ont vu le jour en 2010 et les cours sont encore suivis assidûment aujourd’hui.

 

Plusieurs ouvrages à son actif

 

Passionné par les Mousquetaires, ses recherches lui ont fait découvrir de nouveaux documents qui font mieux connaître cette période. Elles lui ont permis d’écrire deux ouvrages sur ce thème, « Le Comte de Tréville », en 2004, qu’il a complété au fil de ses découvertes pour éditer, en 2012, « Le Béarn des mousquetaires et des soldats du Roi ». Il est également l’auteur d’un ouvrage sur le gendarme Pierre Cazemajor de la la brigade de Navarrenx,  grand résistant, exécuté par les troupes allemandes en août 1944 ; le coauteur  avec Martine Chéniaux, du recueil de témoignages, "Le Camp de Gurs (1939-1945), dans lequel il apporta une importante documentation.

 

Membre de l’association nationale Vauban,  dont l’objectif est l’étude des fortifications, il a coorganisé les congrès Vauban  de 2000 et 2018 dans notre région.

Aujourd’hui, il poursuit sa passion en qualité de conseiller historique au sein de l’Association Européenne de la route d’Artagnan (AERA) qui a pour objet la création d’un itinéraire touristico-historique traversant notre département et pour laquelle les autorités territoriales sont parties prenantes.

 

Grâce à sa connaissance du territoire, Joseph Miqueu a contribué fortement au rayonnement du Cercle historique de l’Arribère et en demeure un membre écouté, dévoué et actif.

 

Partager cet article

Repost0
29 mars 2020 7 29 /03 /mars /2020 16:55

Peu ont le privilège d'y goûter. C'est un plat rare !

En rangeant mon bureau je suis tombé sur ce reportage de l'excellent Sylvain Cottin, paru dans la page "été" du journal "Sud-Ouest" du samedi 16 août 2008. Je ne résiste pas au plaisir de vous faire déguster ces quelques lignes savoureuses.

Bonne lecture

GASTRONOMIE : Ces testicules de toros qui titillent les papilles...
GASTRONOMIE : Ces testicules de toros qui titillent les papilles...

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2020 3 29 /01 /janvier /2020 14:37

En direct de la Principauté de Laàs

 

Ce ne sera ni Patriiiiiick B. ni Métalliiiiiica...  Ca on le sait depuis plusieurs jours.

Alors qui aura le privilège de se produire en juillet prochain, au parc du château de Laàs, dans le cadre des Transhumances musicales ?

Le secret est toujours bien gardé dans la Principauté. Toutefois quelques indices ont filtré. 

Il semblerait bien qu'on s'oriente vers une soirée dont le programme passera par un chemin rock'n'roll  qui mène "tras los montes". Un parfum d'Espagne  s'annonce, en effet,   pour le vendredi 24 juillet 2020. On verra,  très probablement, le groupe basque espagnol  de rock,  Huntza, qui s'est formé, en 2014, à Bilbao, ainsi que le groupe punk rock, Ska'p, originaire de Madrid.

La veille, c'est à dire le jeudi 23 juillet 2020, cela  pourrait bien être Slimane et Vitaa qui semblent tenir la corde. Slimane, le finaliste de The Voice 2016 , et son amie  la chanteuse sexy et glamour, Vitaa, qui s'est fait connaître du grand public par sa collaboration avec Diam's sur le titre "Confessions nocturnes".

Mais n'en parlez pas trop autour de vous. Attendez  la confirmation qui ne saurait tarder. 

 

 

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2020 4 23 /01 /janvier /2020 22:51
Sud-Ouest de jeudi 23 janvier 2020

Sud-Ouest de jeudi 23 janvier 2020

"LA BALLE AU CONSEIL REGIONAL" a titré, aujourd'hui, le journal Sud-Ouest sur 5 colonnes, en page départementale.
On y apprend que le préfet des PA aurait signé l'arrêté autorisant la pêche dans le port de Bayonne !!! Mais, pour entrer en vigueur, le texte doit impérativement être cosigné par le président du Conseil Régional Nouvelle Aquitaine, la Région étant propriétaire du port.
Le président Alain Rousset a déjà confié qu'il ne signera aucune autorisation. Il l'a redit, le 11 décembre 2019, en vallée d'Aspe, lors d'une entrevue avec des élus du bassin et des responsables de l'AAPPMA du gave d'Oloron. Il l'a confirmé, le 6 janvier dernier, à André Dartau, président de la fédération départementale de pêche.
C'est l'attente dans les vallées des gaves (Oloron, Pau, Mauléon, Aspe, Ossau) et de la Nive, où les pêcheurs sportifs à la ligne (saumon), les associations de défense de l'environnement, les élus et les acteurs du tourisme sont plus que jamais mobilisés pour que le port de Bayonne ne soit plus le seul en France où l'on déploie les filets dérivants. Le tribunal administratif de Pau, le tribunal administratif de Bordeaux, et le tribunal correctionnel de Bayonne leur ont donné, récemment, raison.
Le port de Bayonne et son goulet d'étranglement constituent un piège pour le saumon qui entreprend sa remontée vers les gaves pour se reproduire. Il est long de 7,200 km (entre la barre et le pont Grenet). Mais il est important de préciser que la suppression de la pêche dans le port, n'interdit pas pour autant l'activité des 9 marins professionnels. En effet, entre le pont Grenet et le pont d'Urt, ils ont 17 km qui s'offrent à eux, dans l'Adour, pour exercer la pêche aux filets en toute quiétude. Plus en amont il peuvent, également, pêcher dans les gaves réunis jusqu'à Peyrehorade...

Jean Sarsiat

La question du jour :

La pêche professionnelle est interdite dans tous les ports français. Pourquoi serait-elle autorisée dans le port de Bayonne ?

Sud-Ouest de vendredi 24 janvier 2020

Sud-Ouest de vendredi 24 janvier 2020

PORT DE BAYONNE  : La balle au Conseil Régional...

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2019 1 02 /12 /décembre /2019 22:52

Le ton monte !!!

Pool Masseys à Navarrenx : La pêche sportive à la ligne, un potentiel  économique dont les vallée des gaves ne veulent pas être dépossédées

Pool Masseys à Navarrenx : La pêche sportive à la ligne, un potentiel économique dont les vallée des gaves ne veulent pas être dépossédées

Le 25 juin dernier, le Tribunal administratif de Pau avait confirmé l'interdiction de la pêche  dans le port de commerce de Bayonne. Et il avait donné un délai de 6 mois aux préfets des Pyrénées-Atlantiques et des Landes pour organiser et faire appliquer leur pouvoir de police.

On arrive au terme de ces 6 mois et il se dit, avec insistance,  que le Conseil Régional, propriétaire du port de Bayonne,  pourrait modifier son règlement afin de permettre aux marins pêcheurs professionnels de continuer à déployer leurs filets dérivants.  Cette information s'est répandue comme une traînée de poudre. On peut même dire qu'elle fait de grosses  vagues tout au long des vallées des gaves, entraînant de vives réactions.  La commission des migrateurs de l'AAPPMA du vague d'Oloron a alerté les élus de tous bords et multiplie les interventions. Les professionnels du tourisme et les associations de défense de l'environnement se concertent et se mobilisent. Michel Arénas, président de la Gaule Orthézienne a envoyé, ce mardi après-midi, un long mail à Alain Rousset, président de la Région,  pour lui redire le poids que représente la pêche à la ligne, notamment celle du saumon, dans l'économie touristique... Et pour lui rappeler les positions qu'il a déjà prises en faveur de la pêche sportive à la ligne.

Bref, les forces vives des vallées des gaves sont en alerte.

Une réunion a lieu ce mardi 3 décembre 2019, en fin d'après-midi, chez le préfet des P.A. qui recevra l'AAPPMA du gave d'Oloron, celle de la Nive, la Fédération départementale de pêche, la Gaule Orthézienne. On espère que le bon sens et l'intérêt général l'emporteront.

 

NOUVEAU : Après les préfets du 64 et du 40, le préfet de Région est lui aussi mis dans l'obligation, par le tribunal aministratif, d'exercer son pouvoir de police dans le port de Bayonne

L'arrêt du tribunal administratif de Bordeaux est tombé ce mercredi 4 décembre 2019. 

Il donne obligation au préfet de Région Nouvelle-Aquitaine de mettre en oeuvre ses compétences en matière de police des pêches au sein du port de Bayonne dans un délai de 2 mois. L'Etat est condamné à verser 1500 € aux associations SEPANSO 64 et 40 et à Salmo Tierra.

Le 25 juin dernier, SEPANSO 64, SEPANSO 40 et Salmo Tierra avaient déjà eu gain de cause auprès du tribunal administratif de Pau qui avait confirmé l'interdiction de pêche au port de Bayonne et qui avait donné obligation aux préfets des PA et des Landes d'appliquer leur devoir de police dans un délai de 6 mois.

Maintenant reste à savoir si la Région Nouvelle Aquitaine, propriétaire du port,  acceptera d'accorder la dérogation que les marins pêcheurs ont  sollicité.  Les vallées des gaves sont vent debout pour que l'interdiction soit appliquée.

J.S.

 

Vives réactions sur Facebook : 

 

  • Patrick Laurent (président de la commission migrateurs du gave d'Oloron) :  "L’AAPPMA du gave d’Oloron ne lâchera pas même si une autorisation est donnée , le combat continuera car la pêche professionnelle se pratique depuis des années dans l’illégalité et nous pourrions demander des dommages".

"Encore une fois l’Etat n’a pas fait le nécessaire et laisse perdurer une situation délictueuse au dépend de tout une région et de la biodiversite"

 

Fred Bertails : "C'est lamentable ! Encore une histoire de lobbying et d'argent ! Pour la petite histoire de saumon le château de Mesplès (à Saint-Goin) a été de 1890 à 1935 environ un hôtel tenu par des anglais pour les riches anglais en villégiature à Pau pour venir pêcher le saumon ! Après ces belles photos que vous avez faites  n'hésitez un jour à venir pousser les grilles nous vous recevrons avec plaisir"

 

Michel Rodes, V/pt SEPANSO Aquitaine Pour nous protecteurs de la nature c est une  honte de continuer la prédation par  dix professionnels au détriment de la nature et de sommes considérables versées par le public pour  faciliter montaison et dévalaison des migrateurs. Monsieur Rousset doit lui aussi respecter la biodiversité

 

Claude Valero Sanz (magasin Le Poisson Roy à Navarrenx). Mail envoyé au président de la Région :

"Mr Rousset merci de soutenir la décision prise par le tribunal, concernant l’arrêt de la pêche dans le port de Bayonne.
N'oublions pas l'attrait touristique et commercial de la pêche des poissons migrateurs et le prélèvement minime exercé sur ceux ci.
Les pêcheurs sont les premiers protecteurs de nos rivières ; ne laissons pas tomber cette décision.
Très cordialement."

 

 
Pierre Coutube  : "Si l'intérêt d'une quinzaine de pros (...) l'emporte sur l'économie de toute une région c'est vraiment qu'il n'y a plus rien à espérer des politiques.... !!!
Il faudra alors se poser les bonnes questions...."
 

 

 

 

Robert Menquet (moniteur guide de pêche) : Les juges ont bien analysé la situation, ils ont étudié le dossier et rendu un jugement conforme. Il va falloir à présent que ce jugement soit enfin appliqué. Bravo à ces juges.

 

Alain Maury"Je félicite et supporte toutes les associations qui continuent a y croire et essaient de faire pencher la balance du côté du bon sens et de la lucidité...
Franchement c'est tout bonnement honteux que les politiques s'allient (car c'est de ça qu'il s'ag
it) pour abonder dans les sens d'une minorité ( d'acteurs et de principe !)..
Partout dans le monde le saumon est valorisé autrement que par la pêche pro...mais nous en France nous allons jusqu'à vouloir démontrer par une nième étude que le saumon n'est pas en danger... Et ce dans le but de faire perdurer une ineptie...
Le combat.... C'est fou d'utiliser ce terme !.... N'est pas terminé et c'est tout bonnement désolant !!"

 

Joseph Miremont : "Combat est bien le bon terme, que les politiques prennent bien leurs responsabilités (...)  " Jusqu'à l'interdiction pure et simple, nous remettrons l'ouvrage sur le métier."

"Cette situation grotesque ne fera que grossir nos rangs, s'il faut repartir manifester à Bayonne nous irons. Alors SVP messieurs les politiques ne vous trompez pas, expliquez leur qu'entre le pont Grenet et Peyrehorade ils peuvent pratiquer."

 

Nadine Barthe Lambert : "La pêche aux saumon est un vecteur important dans notre économie locale.
Si le président de la région donne l'autorisation aux pêcheurs professionnels de pêcher dans le port de Bayonne, on peut dire que pour les années avenirs ce pan économique disparaîtra et mettra en difficultés nos territoires."

 


André Dartau (le 20 octobre 2019) : "Il y a beaucoup a perdre électoralement à donner cette autorisation......19 000 pêcheurs à la ligne dans les Pyrénées-Atlantiques....et 12 départements en Nouvelle Aquitaine... .. 220 000 adhérents 15% des effectifs des pêcheurs au niveau France, 469 aappma 300 millions d'euros de retombées économiques....." 

Michel Arenas, président de la Gaule Orthézienne, délégué au tourisme de la ville d'Orthez, s'adressant directement à Alain Rousset

"Ce ne sont pas les pêcheurs professionnels qui travaillent pour améliorer les conditions de repeuplement. Ils récoltent, uniquement pour de l’enrichissement  personnel, ce que les Associations Halieutiques cultivent. Et c'est cette injustice que je dénonce.

Je sais, cher Monsieur Rousset,  que vous êtes sensible au développement des territoires, porteur de retombées économiques et créateur d'emplois. Le sujet du saumon nous l'avions abordé lors de votre visite à Orthez il y a quelques années, dans un café près de l'église, à l'occasion de votre campagne électorale. Et, ce jour-là,  vous m'aviez soutenu dans le combat que nous menons.

Je rappelle que dans tous les autres ports Français et estuaires, les pêches aux filets dérivants sont interdites ainsi que dans de nombreux Pays Européens ou leurs rivières n'ont rien à envier à nos gaves."

Extrait de la lettre signée par la SEPANSO Aquitaine et Salmo Tierra, adressée à Alain Rousset :

"La décision du Tribunal administratif doit être respectée. Elle s’inscrit dans le droit et régule les atteintes à la biodiversité. Elle protège les consommateurs et permet in fine une meilleure protection des poissons migrateurs sur l’Adour. Permettez-nous de rappeler que des subventions françaises et européennes conséquentes ont permis de soutenir les populations de poissons migrateurs.

Au moment où il nous est demandé de prendre en compte la préservation de notre environnement, mis à mal par le pillage et la surexploitation des ressources naturelles, la réouverture de la pêche dans l’enceinte du port de Bayonne serait légitiment perçue comme un déni de justice et une aberration économique (on subventionne des actions de protection des migrateurs et « en même temps » on autorise des actions de prédation de leur population. L’intérêt de quelques-uns au détriment de celui du plus grand nombre et de la biodiversité.

En espérant que les élus du Conseil régional de la Région Nouvelle Aquitaine comprendront l’absurdité de la position défendue par Monsieur Mathieu Bergé, veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de notre considération distinguée."

 

Alain Maury : "Si L'AAPPMA du gave d'Oloron s'est positionnée en fer de lance (et c'est une excellente chose) dans cette affaire il sera de bon ton que toutes les instances similaires (AAPPMA, fédes.. etc) s'unissent et se serrent les coudes pour obtenir enfin gain de cause...
Fin les querelles a la c... Et les appropriations ineptes... Tous ensemble on va y arriver!!!"

 

Patrick Laurent :      "Il est bien évident que l'union fait la force, nous devons être capable de nous unir pour un but commun. Cette image d'unité doit être visible aux yeux de tous si nous voulons être crédible."

 

Robert Menquet "L'AAPPMA d'Oloron a parfaitement fait son travail, les associations comme ANPER-TOS aussi, des bénévoles ont payé de leur temps, les juges ont jugé, les élus locaux sont montés au créneau maintenant il va falloir savoir si le Préfet va enfin faire son travail".

Richard Picotin (journaliste) :  "Un préfet qui ferme les yeux ne fait pas appliquer des décisions de justice! Une entorse à l’État de droit.""

-o-o-o-

"C'est Rousset qui aura le dernier mot !"

Albert Duvert :  

"Pourquoi tout ce boucan ? Alain Rousset est un grand président de Région. Il sera réélu en 2021. Il aime venir taquiner la truite dans sa chère vallée d'Aspe. Qu'est qui peut vous faire dire qu'il pourrait accepter que quelqu'un (le président Lasserre ? Guillaume le ministre qui sera candidat aux municipales de Biarritz ?) lui force la main pour signer une aussi ridicule autorisation au profit de moins de 10 pêcheurs professionnels ? Certes je sais qu'une dérogation  a été sollicitée, qu'elle bénéficie de bien curieux appuis  venant de je ne sais où. Peu importe.  Moi je fais entièrement confiance à Rousset car c'est lui qui aura le dernier mot ! "

"Nous ne demandons pas la lune !"

Le commerce en général, dans les vallées du gave d'Oloron, du gave de Pau, du Saison et de la Nive, autant en Béarn que dans le Pays basque intérieur,  est confronté à de profondes difficultés. Les industries traditionnelles ont été nombreuses à disparaître. Seule issue pour apporter de l'activité : le tourisme. Seule opportunité pour que la saison ne se résume pas qu'aux mois de juillet et août, mais qu'elle s'ouvre dès avril, c'est le tourisme pêche. Et ça passe par le retour en nombre suffisant du saumon dans nos rivières.

Interdire la pêche, en appliquant la Loi, dans le goulet d'étranglement du port de Bayonne, est la solution. 

Nous avons fait un petit tour chez les commerçants du Béarn des gaves. L'un d'eux résume la situation : "Mais dans quel monde vivons-nous ! Nous ne demandons pas la lune ! Nous voulons  simplement que l'on ne nous prive pas, pour satisfaire une petite dizaine de pêcheurs aux filets, d'un potentiel économique qui fait partie du bien commun et qui nous est indispensable ! L'estuaire de l'Adour ne doit pas continuer à être le seul en France et en Europe à tolérer la pêche aux filets dérivants".

Un commerçant de la place de Navarrenx a tenu à féliciter notamment l'AAPPMA du gave d'Oloron "qui s'investit pour impulser, coordonner les actions diverses et variées afin de défendre le dossier saumon au nom de la biodiversité et de l'économie de nos vallées". 

Jean Sarsiat

 

-o-o-o-

 

C'était dans le journal Sud-Ouest du 26 juin 2019

TRIBUNAL ADMINISTRATIF : les motivations de la décision, dans le journal Sud-Ouest du 26 juin 2019

TRIBUNAL ADMINISTRATIF : les motivations de la décision, dans le journal Sud-Ouest du 26 juin 2019

-o-o-o-

 

La manif de Bayonne du jeudi 30 mai 2019 (jeudi de l'Ascension)

 

Pêcheurs, élus, défenseurs de la nature, professionnels du tourisme, avaient démontré, le jeudi de l'ascension (30 mai 2019) leur capacité à se mobiliser pour défendre l'intérêt général des vallées des gaves et de la Nive

http://www.paysdesgaves.com/2019/05/saumon.html

SAUMON :  LES VALLEES DES GAVES EN ALERTE !
SAUMON :  LES VALLEES DES GAVES EN ALERTE !
SAUMON :  LES VALLEES DES GAVES EN ALERTE !

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2019 1 25 /11 /novembre /2019 13:59

Partager cet article

Repost0
10 novembre 2019 7 10 /11 /novembre /2019 12:12
Défendons nos paysans ...

Défendons nos paysans ...

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2019 7 20 /10 /octobre /2019 19:54
Réaction sur FaceBook, signée André Dartau, président de la Fédération de pêche du 64, qui insiste sur le poids de la pêche à la ligne dans les Pyrénées-Atlantiques et en Nouvelle-Aquitaine :
  • André Dartau Il y a beaucoup a perdre électoralement à donner cette autorisation......19 000 pêcheurs à la ligne dans les Pyrénées Atlantiques....et 12 départements en nouvelle Aquitaine.....220 000 adhérents ; 15% des effectifs des pêcheurs au niveau France ; 469 aappma ; 300 millions d'euros de retombées économiques.....

    -o-o-o-

     

    Réaction de l'association Salmo Tierra Salva Tierra sur son site web   "Pas la guerre des pêcheurs, la guerre pour sauver le saumon !"

     

PAS LA GUERRE DES PECHEURS...  LA GUERRE POUR SAUVER LE SAUMON !

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Ce pays des gaves où il fait si bon vivre
  • : Au coeur des Pyrénées-Atlantiques, entre montagne et mer, le long des belles rivières pyrénéennes que sont les gaves, ce coin du Béarn et du Pays basque au riche patrimoine (6 cités médiévales et les vignobles des appelations Jurançon et Béarn, dans un rayon de 20 km) est un petit paradis que nous vous invitons à découvrir ou à redécouvrir
  • Contact

Profil

  • Jean Sarsiat
  • Journaliste
Téléphone : 06 71 81 90 87
              sarsiat3@aol.com
  • Journaliste Téléphone : 06 71 81 90 87 sarsiat3@aol.com

Gîtes/Meublés de tourisme

Recherche